DR Congo: petition against massive sexual crimes

Union du Congo is promoting a petition against massive sexual crimes in Dr Congo. Here below you find a rough translation in English from the original text of the petion in French which you can find here: http://4784.lapetition.be/

The Congolese people expressed satisfaction, in its vast majority, of the promise made by U.S. Secretary of State, Mrs Hillary Clinton, during his visit last August 11th in a refugee camp in the east of the Democratic Republic of Congo ravaged by war, concerning a U.S. aid of $17 million for the fight against massive sexual crimes in the region since the beginning of the armed conflicts.

The Congolese people also noted that the U.S. government, through the head of their diplomacy said that “those who attack civilian populations using systematic rape are guilty of crimes against humanity”.

The Congolese people also pleased that, according to its solicitation, the patron saint of American diplomacy has emphasized that “there should be no impunity for sexual violence committed by so many individuals, that ‘there must be arrests, prosecutions and penalties”.

In the same vein, the Congolese people expressed appreciation for having been heard, about the rigorous management of public affairs, as Mrs Hillary Clinton said the United States would send a team of experts to ‘make recommendations’ for overcoming the scourge of corruption in the Democratic Republic of Congo.

Thus, for these good intentions do not remain as just wishes, the Congolese people demand the U.S. government:

  • To disengage from all governments who would like to thank the authors of these crimes by incorporating them into state institutions, or by refusing extradition for them from the judgments;
  • To support the Congolese people in their struggle for respect for fundamental rights and a true democratic process; 
  • To withdraw its assistance to countries involved in one way or another to the destabilization of the Democratic Republic of Congo; 
  • To require the Congolese and Rwandan governments on the one hand the extradition of Laurent Nkunda to Kinshasa and, secondly, the arrest of Bosco Ntaganda for his extradition to the International Criminal Court; 
  • Recognize that true reconciliation is the result of the natural understanding between two peoples and not between two States; 
  • Supporting dialogue between Rwandan and Ugandan international for a lasting peace in the Great Lakes.

However, with regard to the statement by the U.S. Secretary of State, namely, “We [Americans] want to work with people committed to a better future, not with people who refer to the past, the Congolese people recalls  the Bantu thought, when does not know where you are going, we do not forget where you came from. No nation worthy of this name, nor any people that stands to its memory, can disregard their past: hence the duty of memory through various commemorations relating to specific events.

The amnesia is the worst thing that can happen to a people or a nation, the Congolese people still rely on its past to better understand the present and face the future with knowledge of the causes.

 

Text in French.

Le peuple congolais s’est réjoui, dans sa plus grande majorité, de la promesse faite par la Secrétaire d’Etat américaine, Mme Hillary Clinton, lors de sa visite le 11 août dernier dans un camp de réfugiés de l’Est de la République démocratique du Congo ravagé par la guerre, relative à une aide américaine de 17 millions de dollars en faveur de la lutte contre les crimes sexuels commis en masse dans la région depuis le début des conflits armés.

Le peuple congolais a également pris acte du fait que l’administration américaine, par le truchement du chef de sa diplomatie, a affirmé que « ceux qui attaquent les populations civiles en recourant au viol systématique sont coupables de crimes contre l’Humanité ».

Le peuple congolais s’est aussi réjoui que, conformément à sa sollicitation, la patronne de la diplomatique américaine a insisté sur le fait qu’il « ne devrait pas y avoir d’impunité pour la violence sexuelle commise par tant d’individus, qu’il doit y avoir des arrestations, des poursuites et des sanctions ». Dans la même optique, le peuple congolais s’est félicité d’avoir été entendu, quant à la rigueur dans la gestion de la chose publique, car Mme Hillary Clinton a précisé que les Etats-Unis allaient envoyer une équipe d’experts chargés d’émettre des recommandations visant à surmonter le fléau de la corruption en République Démocratique du Congo.

Ainsi, pour que ces bonnes intentions ne restent pas que de vœux pieux, le peuple congolais demande à l’administration américaine :
– de se désolidariser de tous les gouvernements qui remercient les auteurs desdits crimes soit en les incorporant dans les institutions étatiques, soit en refusant leur extradition pour les mettre à l’abri des jugements ;
– de soutenir le peuple congolais dans son combat en vue du respect des droits fondamentaux et d’un vrai processus démocratique ;
– de retirer son assistance aux pays qui participent, d’une manière ou d’une autre, à la déstabilisation de la République Démocratique du Congo ;
– d’exiger des gouvernements congolais et rwandais d’une part l’extradition de Laurent Nkunda vers Kinshasa et, d’autre part, l’arrestation de Bosco Ntaganda en vue de son extradition vers la Cour Pénale Internationale ;
– de reconnaître qu’une vraie réconciliation est le fruit de l’entente naturelle entre deux peuples et non entre seulement deux Etats ;
– de soutenir le dialogue inter-rwandais et inter-ougandais en vue d’une paix durable dans la région des Grands Lacs.

En revanche, s’agissant de la déclaration de la secrétaire d’Etat américaine, à savoir « Nous [les Américains] voulons travailler avec des gens engagés pour un meilleur avenir, et non avec des gens qui se réfèrent au passé », le peuple congolais rappelle que, selon la pensée bantoue, lorsqu’on ne sait pas où l’on va, on n’oublie pas d’où l’on vient. Aucune Nation digne de cette appellation, aucun peuple qui tient à sa mémoire, ne peuvent faire respectivement abstraction de leur passé : d’où le devoir de mémoire à travers les différentes commémorations ayant trait à des événements précis.

L’amnésie étant la pire des choses qui puissent arriver à un peuple ou à une Nation, le peuple congolais s’appuiera toujours sur son passé pour mieux comprendre le présent et affronter l’avenir en connaissance des causes.

 

Source: http://4784.lapetition.be

Did you find this information helpful? If you did, consider donating.

Leave a Comment

Your email address will not be published.